Coup de projecteur sur Un Petit Truc en Plus

Coup de projecteur sur Un Petit Truc en Plus

par sandrine

En juin 2021, Giom Von Birgitta nous racontait avec quel enthousiasme il a participé à l'aventure du restaurant Un Petit Truc en Plus… Comment et pourquoi ce concept est-il né ? Que sont devenus les services à thé et café de Giom Von Birgitta ? Mais qui est donc Aurélie Bernard, fondatrice du restaurant ? Aujourd'hui, c'est à son tour de nous livrer sa version des faits… passionnant !

©Marie Soehnlen

Bonjour Aurélie ! Pouvez-vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Aurélie, j’ai 38 ans (mais vous pouvez dire que j’en ai 32, je rigole). J’ai 2 enfants, une fille Maélyss et un garçon Paulien. J’ai toujours fait de la restauration. J’ai fait mes études à Guebwiller au lycée Storck du BEP au BTS. J’ai travaillé dans plusieurs restaurants en Alsace.

En 2019, vous êtes responsable restauration du Centre de Réadaptation de Mulhouse – CRM (Alsace), plus grand centre de rééducation professionnelle de France. Et vous décidez de créer un restaurant inclusif. Quelles ont été vos motivations ?

Je suis arrivée au CRM en février 2011. J’ai eu la chance de former des commis de cuisine spécialement pour Casino Barrière. C’était un partenariat entre les casinos, le Cifhor à Strasbourg (centre de formation) et le CRM. Il y avait des personnes avec le plus souvent un handicap physique. J’ai pu former deux personnes autistes. C’est un handicap qui me touche car pendant longtemps il était méconnu. J’ai pu allier la cuisine et la formation et j’ai appris au cours des trois formations. Au CRM, nous sommes confrontés au quotidien au handicap et à la reconversion. J’admire la force que ces personnes ont pour avancer, se reconstruire.

©Marie Soehnlen

Un jour une amie m’envoie le lien de la vidéo du premier restaurant inclusif de France, Le Reflet à Nantes. Et là quand j’ai vu toutes les émotions qui passaient à travers l’écran, je me suis dit que c’est ça que je devais faire. Je m’imaginais travailler avec des personnes trisomiques en restauration.

©Marie Soehnlen

Vous avez souhaité qu’une partie de la vaisselle du restaurant soit réalisée sur-mesure par un artisan local. Pourquoi ce choix ?

Nous avons fait quelques adaptations au restaurant comme le nom des tables : chez nous les tables n’ont pas de numéro, c’est table Fraise, Banane, Ananas…. Le service du café peut être parfois difficile quand la tasse n’est pas stable sur la sous-tasse. Une collaboratrice connaissait Giom et m’a proposé d’aller lui en parler pour voir s’il pouvait nous proposer quelque chose. En mélangeant nos idées, Giom a réalisé de magnifiques tasses qui s’emboitent dans les sous-tasses pour justement avoir cette stabilité. Nous avons choisi des couleurs végétales pour rester dans le thème du restaurant. J’ai adoré sa façon de travailler, je le vois encore dessiner son premier croquis devant nous.

Ce projet s’est construit autour d’échanges et de l’intervention d’une ergothérapeute. Pouvez-vous nous raconter comment vous êtes arrivés, ensemble, à la concrétisation ?

Nous avons été tout un groupe de travail et chacun a apporté son expertise métier. Des points toutes les semaines pour avancer sur les nombreux sujets d’une création d’entreprise. Chacun travaillait sur ce projet en plus de son travail au quotidien. L’ergothérapeute nous a apporté de nombreux conseils. C’est vraiment un travail d’équipe qui a fait naître le restaurant.

Que retenez-vous de votre collaboration avec Giom Von Birgitta ?

Une belle rencontre, un beau métier que j’ai pu côtoyer d’un peu plus près, j’ai vraiment passé un moment agréable dans l’atelier. Il y a une âme incroyable. J’ai été touchée par l’envie que Giom a eu de nous faire le service à café et à thé, avec les théières.

Cela fait maintenant 2 ans que la vaisselle de Giom Von Birgitta fait partie de votre quotidien. Quel retour d’expérience pouvez-vous faire en termes d’usage, de plus-value ? Etes-vous satisfaite ?

Plus que satisfaite. La stabilité permet vraiment aux équipiers d’être plus sereins en servant le café. Il n’y a quasiment pas eu de casse, si mais du côté clients (rires mais vrai !).

Est-ce que cette vaisselle suscite des réactions de la part de votre clientèle ?

Oui beaucoup, je dirais presque à chaque table. Les clients font beaucoup de compliments sur les tasses et leur originalité en plus de souligner le côté fonctionnel. Nous avons eu à plusieurs reprises des demandes pour les acheter.

©Un Petit Truc en Plus

Merci à Aurélie et à toute l’équipe d’Un Petit Truc en Plus !

Pour vous faire plaisir et faire plaisir : restaurant Un Petit Truc en Plus, 3 Place de la Paix à Mulhouse, téléphone 09 83 07 05 80.

Précédent Coups de cœur dans la salle de bains !
Suivant Mais qui est Sandrine ?