Eugénie Von Birgitta, histoire d’une rencontre !

Eugénie Von Birgitta, histoire d'une rencontre !

PAR SANDRINE

Aujourd'hui nous rencontrons Emmanuelle et Manon d'Eugénie Design. Pourquoi cette rencontre ? Parce que Giom Von Birgitta et Eugénie Design ont décidé de travailler ensemble pour le meilleur... et le meilleur ! Explications.

Bonjour Emmanuelle, bonjour Manon. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Nous sommes toutes les 2 designers et chef d’entreprise. Je suis artiste designer textile et Manon designer dans l’objet, l’espace. Depuis 12 ans, j’exerce mon métier de designer textile tout en développant des démarches transversales. Manon a démarré son activité de designer juste après avoir obtenu son diplôme à l’époque.


La richesse de nos différentes expériences permet une belle complémentarité entre nous.

Manon et Emmanuellle rayonnantes @florent_bdp

Eugénie Design est à Motoco, résidence d’artistes en Alsace, tout comme l’atelier de Giom. Pouvez-vous nous dire ce qu’il se trame dans votre atelier ?

Nous avons créé la marque Eugénie Design il y a 4 ans. Nous développons une gamme d’accessoires et de vêtements éthiques, durables et confortables pour les enfants et toute la famille. Nous travaillons également sur-mesure et sur commande.

Notre particularité est de créer tous nos motifs et de les imprimer en sérigraphie en utilisant des encres naturelles, ce qui réduit considérablement les coûts en consommation d’eau. On préfère défendre l’idée qu’avoir seulement quelques vêtements de qualité suffit, et que cette qualité permet d’avoir des habits durables qui peuvent se transmettre. Moins consommer en privilégiant des matières nobles labellisées Oeko-tex 100 (premier label visant à garantir les qualités humaines et respectueuses de l’environnement).

Notre atelier est à la fois notre cabinet de tendances et une vitrine pour nos rdv professionnels. On discute, on assemble, on rigole, on teste, on crée !

Planche tendance @Eugénie Design

Fin 2021, la collaboration entre Eugénie Design et Giom Von Birgitta se concrétise et la première pièce de la collection Eugénie Von Birgitta est présentée pour Noël. Il s’agit d’un nœud papillon, mariage élégant de porcelaine et de tissu (Giom s’est déjà exprimé à ce sujet dans un précédent article de blog à retrouver en cliquant ici).

Lors des Ateliers Ouverts de Motoco en mai dernier, c’est au tour des boucles d’oreilles Eugénie Von Birgitta d’être dévoilées. 3 formes, 3 coloris et 3 motifs différents pour une collection aboutie réalisée en porcelaine de Limoges. Quels ont été les défis auxquels vous avez dû faire face pour créer ces pièces en commun ?

Avant les défis, c’est surtout une vraie envie de travailler avec Giom, un coup de cœur. Nous apprécions son travail et c’est comme cela que nous apprécions nous de travailler. Très vite, nous avons évoqué la création d’une gamme de bijoux, de boucles d’oreilles. L’idée était donc là et la suspension du temps due au confinement a fait naître une boulimie de création, de partager, de se lancer sur un nouveau projet.

Nous maîtrisons tous les trois l’entièreté de la chaîne de la production et nous travaillons tous les trois des matières nobles… une porte ouverte sur un monde de possibles. Nous voulions réunir nos deux univers. Giom n’est pas dans l’accessoire et dans la mode et nous voulions travailler une autre matière que le tissu. Naturellement, un dialogue s’est instauré, cette collection de nœuds papillon et de boucles d’oreilles n’aurait pas pu se faire l’un sans l’autre.

Noeuds papillon Eugénie Von Birgitta Collection printemps/été 2022

Réunions, recherches et tests… La période de prototypes, de tests a été longue et a nécessité des allers-retours permanents…

Dès la première réunion, nous sommes partis sur les boucles d’oreilles et finalement c’est le nœud papillon qui a été créé le premier !

Rapidement, il y a eu consensus sur l’origami, notre spécialité. Rapidement aussi, cela s’est avéré compliqué et la notion de pliage s’est imposée. Trois formes reconnaissables d’Eugénie Design – Moucharabieh, Goutte et Trèfle – ont été retenues pour les boucles d’oreilles. Giom a particulièrement veillé à la taille, l’épaisseur, le poids. Sans oublier les contraintes liées au travail de la porcelaine (y compris les temps de séchage !). Chacun apporte son regard.

A chaque étape, des choix à faire…

Alors dans le pêle-mêle des choix, on peut citer après de nombreux tests et de nombreuses discussions entre nous… de garder un côté émaillé et brut pour les boucles d’oreilles, de trouver le bon assemblage entre la porcelaine et le tissu pour le noeud-papillon, de choisir le tissu adapté, de réinterpréter le motif autour de la notion de nuage, de l’attache discrète pour mettre en valeur la pièce en céramique, de l’acier chirurgical pour cette même attache…

Et pour ce qui concerne les couleurs… mettre le blanc de la porcelaine en valeur, travailler les couleurs d’après les motifs, sélectionner les couleurs pour les collections autonome/hiver et printemps/été… car on aime suivre les tendances !

Un petit mot sur la boîte

La boite a été travaillée en carton kraft, une matière brute renouvelable et facilement recyclable. Nous avons choisi le noir pour l’élégance. Le support met en valeur l’objet sans fioriture. Au dos du support, un peu cachée en quelque sorte, on a la surprise de découvrir l’histoire de l’objet.

La Collection de boucles d'oreilles Eugénie Von Birgitta

Des nœuds papillon, des boucles d’oreilles… et ?

Le potentiel de cette gamme est immense, tout comme l’envie de la développer !

Tous les trois, nous nous verrions bien phosphorer sur des boutons de manchette… et pourquoi pas des bretelles ? Histoire de renouer un peu plus avec le textile 😉

Phosphorons ! ©Alicia_Photographe

Enfin, la question qu’on se pose tous : où peut-on trouver ces nœuds papillon et ces boucles d’oreilles ?

Sur nos boutiques en ligne (Eugénie Design, Giom Von Birgitta) bien sûr mais également dans des boutiques qui nous ressemblent :

L’Artichaut à Mulhouse

Inspire Mulhouse

La Caverne d’Habits & Co à Ensisheim

La vitrine de l’Institut Européen des Arts Céramiques (dans la boutique de L’Office de Tourisme de la région de Guebwiller)

L’Ecrin/Le Générateur à Strasbourg

Précédent La céramique, plus solide qu'elle n'y paraît !