L’échiquier, un jeu d’artistes

L'échiquier, un jeu d'artistes

par sandrine

Je vais vous parler aujourd'hui d'une pièce d'exception réalisée par deux virtuoses. Le premier C-Mey David travaille merveilleusement bien le bois, le deuxième Giom Von Birgitta, travaille merveilleusement bien la céramique (non, je ne suis pas subjective 😉). Deux talents pour concevoir, à quatre mains, un jeu d'échecs : l'un réalise le plateau en bois, l'autre les pièces en porcelaine. Ce sont des pièces uniques, quatre échiquiers, d'inspiration différente, ont été créés à ce jour.

Aujourd'hui, nous rencontrons C-Mey David pour qu'il nous raconte comment ils en sont arrivés là !

Bonjour C-Mey David !
Est-ce que tu peux nous dire qui tu es et ce que tu fais ?

Bonjour ! Après une formation dans le domaine du bois et après quelques années passées chez des professionnels, je me suis installé à Motoco, il y a huit ans. Ma base de travail est le placage en bois.

C-Mey David dans son atelier à Motoco ©ClaireDPhoto

Peux-tu nous citer quelques exemples de tes créations ?

Je customise des meubles chinés ou confiés pour leur donner un second souffle. Je crée aussi des luminaires à poser ou en suspension. Je travaille également sur commande pour des particuliers, mais aussi pour des professionnels ou encore des institutions.

Par exemple : agencement de magasins, sculptures d’animaux plaqués en bois pour une école maternelle, mobilier pour un restaurant…

A cela s’ajoutent des collaborations avec d’autres artistes de Motoco.

Une création de C-Mey David ©LeRéverbère

Vous êtes voisins d’atelier à Motoco, friche industrielle reconvertie en résidence d’artistes à Mulhouse (Alsace).
Depuis combien de temps vous vous connaissez Giom et toi ?
Qu’apprécies-tu chez lui et dans son travail ?

J’ai rencontré Giom le jour où il s’est installé dans l’atelier à côté du mien, il y a maintenant un peu plus de trois ans. J’apprécie Giom pour ses nombreuses qualités humaines, avec une bonne dose d’humour.

Sur le plan professionnel il est très organisé (un vrai modèle pour moi). En arrivant à Motoco il savait où il voulait aller, et se donne les moyens d’y arriver depuis le premier jour. 

L'atelier de Giom ©Alicia Photographe

David, comment vous est venue cette idée d’échiquier ? Vous vouliez travailler ensemble et vous avez eu cette idée ? Ou bien vous avez pensé à un échiquier et vous vous êtes dit que ce serait chouette de le réaliser ensemble ? Ou bien c’est tout autre chose encore ?

Un jour, il m’a montré des moules pour réaliser des pièces d’échecs qu’il avait fait réaliser, et il m’a demandé si je souhaitais concevoir le plateau de l’échiquier tout en gardant mon style singulier.

J’ai hésité pendant deux secondes avant de lui dire « chiche ». 

 

Giom, comment es-tu arrivé à montrer ces moules en plâtre à David ? Et qu’avais-tu derrière la tête ?

Pendant le premier confinement au printemps 2020, j’ai eu envie de réaliser un échiquier en céramique. Pourtant, je ne suis pas joueur mais j’étais assez subjugué par la beauté de l’objet.

J’ai commencé à cogiter dans mon coin, puis j’ai fait réaliser ces moules dans une entreprise spécialisée en Allemagne. Puis j’ai proposé à David de réaliser le plateau comme une première collaboration entre nous : à force de nous côtoyer tous les jours, j’avais vraiment envie de faire se rencontrer nos univers. Quand il a dit oui, ça m’a donné le coup de boost dont j’avais besoin pour faire aboutir ce projet !

Moule pour la fabrication des pièces d'échecs en porcelaine ©Alicia Photographe

David, combien de temps cela vous a pris entre le moment où vous avez esquissé l’idée jusqu’à la concrétisation ?

Il y a eu quelques échanges sur les dimensions et le choix des placages et ensuite les choses sont allées assez vite. Je suis ravi de l’ensemble de cette création à quatre mains.

 

Giom, tu veux rajouter quelque chose ?

Peut-être juste préciser ce que David veut dire en parlant de dimensions : en nous renseignant et en échangeant avec des joueurs d’échec, nous avons appris que le ratio entre la base des pièces et le côté des cases était très réglementé… ou encore que le Roi (qui est la plus grosse pièce) devait pouvoir passer entre deux autres pièces en diagonale sans les toucher…

Bref, nous avons vraiment regardé pour réaliser cet échiquier dans les règles de l’art afin qu’il puisse être un objet utile pour les joueurs, en plus d’être une pièce d’exception !

Travail du bois pour le plateau du jeu d'échecs ©C-Mey David

Quand je vous vois toi et Giom vous lancer dans un processus de création, vous vous animez soudain, vous avez des étoiles plein les yeux, on sent la passion et votre envie/besoin de créer. Les échiquiers réalisés à ce jour sont tous différents. Comment vous vient l’inspiration ?

Effectivement chaque échiquier est différent en termes de couleur ou de texture. L’inspiration vient de notre envie commune de réaliser des pièces uniques et de qualité et comme je dis souvent, « sublimer l’objet du quotidien » n’est pas toujours évident.

 

Ce sont des pièces d’exception. Est-ce que tu peux nous raconter ce que tu ressens quand Giom et toi vous remettez un échiquier à un acquéreur ?

C’est comme à chaque fois qu’il y a une vente. Je suis toujours ravi de prendre le temps d’échanger avec la personne qui va repartir avec un objet façonner par mes/nos mains. C’est un plaisir indescriptible, et qui me motive à continuer à faire ce que j’aime.

 

Echiquier #1 réalisé en décembre 2020 : le début d'une belle aventure !

David, je crois que vous avez un nouveau projet d’échiquier où il est question d’inversion de rôles…

Effectivement, pour l’année 2022, nous souhaitons inverser les rôles : Giom devra trouver la solution pour réaliser le plateau de l’échiquier en céramique et je devrai réaliser les pièces d’échecs en bois recouvert de plaquages.

Avez-vous envie de poursuivre l’aventure ? Y a-t-il d’autres projets avec Giom dans les tiroirs ?

Évidement…!!! Les collaborations nous font avancer, elles nous poussent à trouver des solutions, s’adapter, ce qui est très motivant. Et vu le résultat… vivement une prochaine collaboration avec « mon voisin » d’atelier !

Retrouvez tout l’univers de C-Mey David ici !

Alors que la fin d’année approche, voici les 3 exemplaires uniques qui viennent de naitre !

Le modèle #5 associe l’orme et le sycomore, très doux et, pour une fois, dans des tons plus clairs, avec un émail bleu à nucléations assez surprenant ! Pour apaiser le tout, la seconde série de pièces est en biscuit de Porcelaine de Limoges cuit à haute température, laissant apparaître chaque détail des visages.

Le modèle #6, plus marqué, part d’un plateau très présent en wengé, sycomore et noyer pour l’associer avec l’émail de la Collection Bronze et d’un émail transparent qui valorise la pureté de la Porcelaine de Limoges.

Le modèle #7 est résolument contemporain : avec un émail aux teintes légères verdâtres qui répond à un émail chocolat aux reflets chatoyants, le plateau en érable et sycomore vient rehausser le tout pour un effet classe et exclusif.

Ces trois modèles uniques sont à retrouver en photo ci-dessous, et sur la boutique en ligne en cliquant ici.

Précédent Suivez-nous sur le marché de Noël de Mulhouse !
Suivant Dans l'oeil de Florent...